La chasse aux sorcières

Le Pays des Écrins marqué par l’hérésie vaudoise

La dissidence vaudoise s’est retrouvée mêlée à une répression dépassant les limites du valdéisme, ce fut la première chasse aux sorcières.

La première chasse aux sorcières de l'histoire

Au milieu du XVème siècle, la Vallouise est le théâtre de la première chasse aux sorcières. La présence de Vaudois en Vallouise a amené à des persécutions dépassant les limites de la réression de l'hérésie. C’est dans cette vallée que l’on retrouve la première trace iconographique d’une sorcière chevauchant un balai. C’est une enluminure d’un manuscrit faisant état de la présence de sorcières dans la vallée de la Val Pute, “la vallée mauvaise”, ancien nom de la Vallouise. La chasse aux sorcières s’est ensuite propagée à tout l’arc alpin.

La naissance de la chasse aux sorcières en ces lieux peut s’expliquer par la présence de l’hérésie vaudoise d’abord mais aussi par le zèle répresseur de deux personnes : le juge de Briançon, Claude Tholossan, et l’Inquisiteur Ponce Feugeron, en charge de toute la Provence et des Alpes jusqu’à Genève. 

La présence des Vaudois dans les vallées alpines nourrit des tentatives de reconquête spirituelle par l’Eglise catholique. Des prédicateurs d'ordres mendiants sont dépêchés, des nouvelles églises sont construites et des inquisiteurs traquent les hérétiques. 

C’est dans ce climat tendu que la chasse aux sorcières prend ses racines. Claude Tholossan et Ponce Feugeron sont les acteurs principaux de cette répression. Rapidement, vaudois, sorciers et sorcières sont confondus. Des procès puis des bûchers sont dressés. Claude Tholosan est l’auteur du premier traité d’enquête sur la sorcellerie : Ut magorum et maleficiorumerrores manifesti ignorantibus fiant.

Tout au long de l'été 2022, découvrez les détails de cet épisode de l'histoire à travers une pièce de théâtre, mise en scène par Marie Favereau avec les habitants du Pays des Écrins.