La culture de la vigne au Pays des Écrins

Les pressoirs

Les pressoirs font partie des derniers témoignages encore visibles de l'activité viticole de la vallée

La culture de la vigne

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les vallées du Pays des Écrins ont longtemps abrité une culture de vignes. Cette dernière aurait débuté dès le Xème siècle ! Dans la vallée de l’Argentière, l’exploitation des vignobles est continue entre le XIVème et la fin du XIXème siècle. C’est l’épidémie du phylloxéra qui met un terme à la production de vin. 

L’altitude et les nombreuses gelées rendent difficiles la culture de la vigne, c’est pour cela que les ceps ont été plantés sur les versants les plus ensoleillés des vallées (l’adret) afin de compenser les rigueurs climatiques. Au XVIIIème siècle, la culture de la vigne dépassait 1 400 mètres d’altitude. 

L’exploitation de la vigne suppose la construction de caves et de celliers. Ces derniers étaient bâtis au sein même des hameaux ou directement sur les parcelles lorsqu’elles étaient trop éloignées.

 

Le site de la Vignette

Le site de la Vignette, situé sur la commune de Saint-Martin-de-Queyrières, est un témoignage majeur de ce passé viticole. Il regroupe une centaine de pressoirs et de celliers dont un habitat troglodyte. À l’intérieur, vous pouvez encore observer de grosses pièces de bois. Elles ont été découpées dans des troncs de mélèzes ce qui rappelle aussi l’importance de l’exploitation forestière de la vallée. Ces poutres sont des arbres de pressoir. Selon un système de levier, ils permettaient d’écraser le raisin. 

Le site de la Vignette vit encore : le pressoir de l’Encombrouze a été restauré et un carré de vignes plantées par l'association la Vignetto.