Les cadrans solaires

Les façades des maisons du Pays des Écrins

Au gré de vos balades, vous pourrez découvrir des cadrans solaires réalisés sur les façades de certaines maisons.

A la découverte des cadrans solaires

Les cadrans solaires sont souvent réalisés sur les façades de riches maisons. Ils étaient peints à la demande des particuliers, cela demandait une certaine aisance financière. 

Les cadrans solaires permettent de donner l’heure grâce à l’ombre portée par le soleil. Un style, parallèle à l’axe de rotation de la Terre, est installé au centre du cadran, son ombre varie en fonction de la course du soleil ce qui indique l’écoulement du temps solaire. 

Un des plus anciens cadrans solaires du département des Hautes-Alpes se trouve à l’Argentière-la-Bessée. Il a été peint au XVIème siècle sur la façade de la maison Giraud. Ce bâtiment est classé monument historique depuis 1994.

Le maître cadranier Zarbula

Au XIXème siècle, de nombreux cadrans solaires sont peints dans tout le département des Hautes-Alpes et plus loin encore. Ils sont l'œuvre du cadranier Giovanni Francesco Zarbula. On peut les identifier grâce aux initiales du peintre, Z.G.F. Cependant, au vu du nombre de cadrans réalisés en un court laps de temps et de leur aire de répartition, du Briançonnais au Queyras, on suppose qu’il y a eu plusieurs cadraniers appelés Zarbula. Il s’agissait sans doute d’une famille et un de ses membres a pris la relève du premier cadranier. 


Ces cadrans sont enrichis de détails esthétiques comme des animaux, des soleils ou des lunes. Ils sont souvent agrémentés d’une devise comme sur le cadran solaire de la maison de Bardonnèche à Vallouise : “À la lumière tout est vain, la vie fuit comme l'ombre” ou “il est la règle du ciel, peut-être la tienne”.

Découvrez toutes les facettes du patrimoine avec Elsa Giraud, guide conférencière à l'Atelier d'Histoire.