-A +A

Un séjour raquettes pas comme les autres

Vous souhaitez vivre une expérience hors des sentiers battus, une sortie raquettes dans un cadre totalement préservé ?

Pierre, accompagnateur en moyenne montagne au Pays des Écrins, vous propose de vous emmener dans son univers magique… Contactez-le pour une sortie originale et authentique et découvrez l’ambiance de ses sorties ci-dessous…

Tout commence par un apéritif au coin du feu dans une magnifique salle voûtée.

Le bois crépite dans le poêle, derrière la vitre, les flammes dansent et montent lécher la fonte et l’acier.

Il diffuse une douce chaleur, chauffe d’abord les joues, puis rougit les oreilles…

Au départ c’est très agréable, mais après un verre de vin maison, voire même deux, tout dépend de l’ambiance et de votre voisin du groupe, il commence à faire chaud.

Profitons de ce moment car demain, aux premiers rayons du soleil, la température extérieure est franchement négative.

C’est l’heure du départ pour ce séjour en raquettes à neige que nous a concocté notre guide. Le matériel est dans la voiture, elle fume en nous attendant et nous rappelle que, malheureusement, aussi loin de nos grandes villes, de nos banlieues sur-peuplées, de notre quotidien pollué, là aussi, dans cette magnifique vallée au coeur des Alpes, au pied du mythique massif des Écrins (4101 m tout de même !) là où le soleil brille 300 jours par an, où là la neige ne disparaît jamais vraiment, dans cet océan d’air pur, les voitures roulent au pétrole !

Mais revenons à nos raquettes.

Rapidement, on se fait à ce plastique qui nous est attaché aux pieds. À chaque pas, ça crisse, un bruit sourd dans la neige froide, ça disparait plus ou moins dans la légèreté de la poudreuse.

Mais où est donc passé le sentier ? Où nous emmène notre guide ?

Je le suis à la trace, je ne sais pas où aller. D’ailleurs, mieux vaut rester dans ses pas, car, sitôt que l’on s’en détourne, alors l’effort physique est autre. C’est très grisant pour commencer, mais rapidement, on s’essouffle, on ralentit, et puis pour aller où ? Rien ne m’indique le chemin à suivre. Enfin, s’il marque un arrêt, quoi de plus beau qu’un seul ruban serpentant dans l’immensité blanche plutôt qu’une multitudes de traces anastomosées.

Faisons lui confiance, lui seul sait le chemin à prendre pour éviter les pièges de l’hiver et nous faire profiter de somptueux paysages.

Aujourd’hui, c’est la découverte d’une magnifique forêt en sommeil hivernal.

Dans cet apparent désert arboré, dans ce silence où la moindre brise siffle dans les cimes au soleil, là où une fine poudre blanche tombée de la nuit tout à coup scintille et saupoudre vos épaules, le casse-noix moucheté est à la recherche de ses salutaires cachettes garde-manger, la chouette de Tengmalm s’abrite dans un arbre creux, les mésanges en troupe rôdent d’un bosquet à l’autre, le chevreuil, de ses lèvres délicates, cueille de-ci de-là, aux premières heures du jour, quelques bourgeons croustillants et gorgés de vitamines, le lièvre a laissé sa piste et a disparu sous un épais buisson recouvert du manteau blanc de l’hiver.

Hier nous étions sur des crêtes battues par les vents, mais quelle vue mes amis !

Des sommets au loin à n’en plus finir, des vallées profondes où s’anime le bas monde.  La neige qui vole est un spectacle fascinant. Soulevée par quelques rafales, elle monte, monte dans un tourbillon et retombe en une poussière d’étoiles.

Demain ce sera peut-être un modeste sommet mais qui, dans les pieds de notre guide, prendra les allures d’une randonnée inoubliable. Brûlés par un froid soleil, nous irons, par une trace à travers la montagne, prendre de la hauteur, voir chamois et aigles par dessus les forêts, par dessus les vallées, dans l’immensité blanche et le bleu du ciel.

Et que le mauvais temps s’abatte, alors tout est différent mais il n’en est pas moins déplaisant.

Qu’il est heureux, curieusement, de marcher sous la neige qui tombe en dansant. Tout devient plus silencieux encore et pour peu que nous traversions un banc de brouillard, c’est des plus mystérieux.

Sans être inquiétant, nous sommes hypnotisés, prisonniers de l’inconnu qui nous entoure où rien ne se dessine clairement, où ne se distingue ni le ciel ni le sol, où le relief disparaît dans un blanc redoutablement uniforme. C’est une ambiance bien particulière qu’il faut vivre au moins une fois. Vous n’avez qu’une chose à faire, suivre la personne devant vous.

Un peu plus loin, une silhouette se détache, sombre, immobile, elle vous observe fixement. Mais ce n’est qu’un arbre isolé, perdu au milieu de nul part, à la recherche de sa forêt.

Qu’il est bon alors de retrouver le confort chaleureux de son hébergement, une douche bien chaude, une collation sucrée, quand, dans le mauvais temps, la neige a fini parfois par traverser le gore-tex, où dans les cheveux coulait doucement un fin filet glacial glissant dans le cou, entre les omoplates et la poitrine.

Ah qu’il est bon de retrouver le coin du feu prêt duquel l’autre jour il faisait un peu trop chaud, de s’asseoir sur quelques moelleux coussins, de partager un nouvel apéritif et de raconter entre amis ses émotions du jour et ses joies de la semaine.

Il me tarde déjà de me laisser emporter parmi les fleurs du printemps, les douceurs de l’été, d’être étourdi par le chant des oiseaux que notre guide connaît si bien, de voir lacs et pelouses, de redécouvrir ce que la neige nous cachait, mille trésors, mille émotions.

À bientôt en raquettes avec Pierre au Pays des Écrins !

Vous pouvez contacter Pierre pour une sortie à la journée ou un séjour :

pierre.bonneau05@gmail.com

Tél : 04 92 53 32 04