La faune en hiver

Hiver fragile !

Le Parc national des Écrins est un acteur majeur du territoire. Sa mission relève à la fois de la préservation et la protection des espèces et du milieu naturel. Il joue un rôle important dans la sensibilisation des différents publics.

Aujourd'hui, nous avons rencontré Étienne, garde-moniteur au Parc national des Écrins qui nous raconte la vie de la faune et de leurs conditions de survie en période hivernale.

Pour nous, humains, l'hiver est synonyme de calme, de paysages magiques, de neige fraîche ! Auparavant l'hiver était une saison de repos où de nombreux lieux n'étaient plus arpentés de par leur isolement. Les rythmes modernes et la pratique de nouvelles activités, de plus en plus appréciées, ont rendu ces espaces vierges de nouveau accessibles. Pour tous, le Pays des Écrins et le Parc national des Écrins sont devenus le paradis pour la pratique d'activités de loisir et de pleine nature.

A contrario, l'hiver pour la faune sauvage, est une période rude, rigoureuse et éprouvante. C'est une saison dangereuse pour la faune locale qui voit son risque de mortalité augmenter à la venue des premières neiges.

Plusieurs causes rendent la vie hivernale délicate pour les animaux. Contrairement à ce que l'on pourrait penser ce ne sont pas les avalanches et le froid qui constituent la plus grande menace pour les espèces animales.

Il y a différents facteurs qui les mettent en péril. En hiver, les réserves de nourritures s'épuisent vite et le peu qu'il reste est très peu nutritive et en trop faible quantité.

Les animaux doivent également faire face à des dépenses énergétiques importantes. L'accumulation de neige rendent les déplacements difficiles. Pour exemple, un chamois dépense six fois plus d'énergie lorsqu'il se déplace dans 50 cm de neige.

Cela peut-être compensé par les réserves de graisses stockées pendant l'été jusqu'à un certain point. 

Toujours à titre d'exemple, un bouquetin mâle pèse environ 100 kg, et peut voir son poids baisser de presque 30% en fin d'hiver.

Les conditions naturelles obligent les espèces à trouver refuge et s'abriter dans des zones calmes et à l'écart de l'activité humaine. Cependant cette présence devient nuisible pour la faune sauvage et l'Homme pénètre toujours plus loin dans les zones d'hivernage et la cohabitation est parfois compromise au détriment de la faune sauvage. On se rend compte que le passage humain provoque le stress et la fuite des espèces. Ils puisent énormément d'énergie à reconstruire leur habitat, les dérangements répétés sont une source d'épuisement et de disparition de certains individus.

Stratégies adoptées par la faune pour survivre

  • la migration comme pour les hirondelles
  • l'hibernation comme pour les marmottes
  • la léthargie comme pour les reptiles

Mais pour ceux qui restent et qui continuent de vivre au même endroit, ils tentent de réduire au maximum leur dépenses énergétiques et subissent des adaptations morphologiques afin de diminuer leur fragilité.

Ils réduisent leur surface au sol, leur corps devient plus sphérique, ils sont par conséquent moins exposés au froid.

Leur pelage et leur plumage changent, il deviennent plus denses et plus foncés afin de résister au températures basses et de capter au maximum les rayons du soleil qui les réchauffent.

Le camouflage est typique des changements morphologiques qui en plus de les prévenir du froid les rendre moins vulnérables face aux prédateurs.

Les prédateurs ne sont pas la cause de la disparitions d'individus, cela est très naturel et suit à la chaîne alimentaire et la régulation des espèces. Mais l'impact de l'homme qui grignotent de plus en plus les espaces sauvages est plus problématique. Pour réduire l'impact sur la vie sauvage des comportements peuvent-être adoptés.

Comportements à adopter pour l'Homme

  • Le silence
  • Éviter tant que possible de prendre son chien même tenu en laisse
  • Se munir de jumelles pour respecter une distance respectable sans nuire à l'observation des espèces
  • Pour les photographes, se munir de téléobjectifs toujours dans le même but, éviter le dérangement
  • Ne pas entrer dans les zones d'étraves installées pour protéger les zones centrales de vie animale

Tous ces conseils relèvent du bon sens et participent à la sensibilisation pour la protection de la vie sauvage de nos montagnes.

La Maison du Parc national des Écrins est un lieu pédagogique de découverte, d'information et de sensibilisation. Elle apporte les connaissances nécessaires à la compréhension des milieux naturels. La Maison du Parc national des Écrins organise de nombreux rendez-vous (projections, animations, expositions...). Ces rendez-vous sont à destination des jeunes publics, des familles et de toute personne intéressée par les enjeux environnementaux. De nombreux thèmes sont abordés la faune, la flore, la géologie... Un lieu à visiter lors de votre séjour dans le Pays des Écrins.