-A +A

Exercice d'avalanche

Station de Puy-Saint-Vincent

Retour sur un exercice d'avalanche grandeur nature

La station de Puy-Saint-Vincent a accueilli ce mercredi 16 janvier au matin, un exercice d’avalanche organisé par le PGHM de Briançon, le SAMU 05 et le service des pistes de la station.

C’est à 2 200 m d’altitude dans le Vallon des Auffes, entre le nouveau télésiège de la Crête des Bans et le télésiège du Rocher Noir que des victimes « réelles » et des victimes factices étaient ensevelies sous la neige.

Il est 10h00 quand l’alerte est lancée. En moins de cinq minutes, les équipes mobilisées sur cet entraînement se mettent au travail. Tout au long de la matinée, ils seront plus d’une cinquantaine à se prêter à l’exercice.

Équipés de sonde, Arva, pelles, etc. les pisteurs, le PGHM et les chiens d’avalanches partent à la recherche des victimes potentielles. Des personnes accidentées sont retrouvées petit à petit.

Les équipes procèdent à l’extraction de ces personnes. Pour cela, après avoir sondé et cherché avec l’Arva, elles creusent et enlèvent la neige qui les recouvrent. Une fois les blessés découverts, les professionnels font un tour, sur l’état de santé des personnes retrouvées. Un médecin vient ensuite les examiner, suivi par un membre du PGHM qui classe alors les victimes par ordre d’urgence.

Les personnes les plus accidentées sont descendues en brancard quelques mètres plus bas, où un membre du PGHM a pris le temps de marquer la zone d’atterrissage de l’hélicoptère.

Tout au long de la matinée, deux hélicoptères sont mobilisés et font de nombreux aller et retour pour charger les victimes et prendre du matériel.

Le temps presse, toute la surface d’avalanche n’a pas encore été fouillée. Des moniteurs de ski arrivent alors en renfort, sondes en main et parcours en ligne, les lieux qui n’ont pas encore été sondés.

Après avoir fini une zone, ils la délimitent avec des fanions pour montrer que les fouilles ont déjà été réalisées à ce lieu.

Certaines victimes ne peuvent pas être déplacées, les membres du PGHM prennent alors la décision de procéder à un héliportage.

La matinée se résumera à un perpétuel mouvement des équipes de sécurité qui œuvrent pour sauver les différentes victimes, ainsi qu’à un va-et-vient des hélicoptères.

Bilan de l’exercice :

Les différentes équipes de sécurité se sont affairées à leurs missions et ont pu vérifier leurs protocoles.

Cet exercice a également permis aux différents acteurs d’améliorer la cohésion d’équipe.

Cette matinée s’est terminée sur un débriefing collectif.

 

Rédaction : Blandine REYNAUD