Les 10 plus belles randonnées à faire au Pays des Ecrins

Envie d'évasion au coeur d'un des plus beaux massifs de France ? Venez profiter des innombrables panoramas du Pays des Ecrins en toute tranquillité !

1) Le Glacier Blanc

S’il ne fallait en prendre qu’une seule, ce serait celle-ci. Quitter Ailefroide et le Pré de Madame Carle et leur ambiance si particulière pour s’élever sous le Mont Pelvoux. Hésiter un temps entre le Glacier Noir et le Glacier Blanc pour finalement monter le long du torrent qui semble surgir directement du glacier. À mesure qu’on approche du refuge du Glacier Blanc, la vue s’ouvre, d’une part sur l’étroite vallée d’Ailefroide, d’autre part sur le Glacier Blanc. Juste avant d’arriver au refuge, se retourner pour observer le lac Tuckett qui reflète le Mont Pelvoux et les sommets de l’Ailefroide.

2) La Boucle de Dormillouse

Dormillouse est un petit hameau intime, superbement installé sur des pentes pourtant peu hospitalières, témoin de la connaissance de la montagne de ses fondateurs. On monte entre falaises et torrents, dans un fond de vallée préservé, à l’entrée du Parc National des Écrins. Au sommet, difficile de choisir ou porter son regard, entre la longue vallée de Freissinières et le petit bijou qu’est le vallon de Chichin.

@Jan Novak

3) La bosse de Clapouse

Avis aux lève-tôt, cette randonnée est faite pour vous ! Au départ d’Ailefroide, la montée vers la bosse de Clapouse est l’occasion rêvée d’observer quelques chamois dans ce petit vallon perché où les névés persistent jusqu’à la fin de l’été. Familiale et très accessible, cette randonnée alterne entre montée sous les mélèzes et astucieuse traversée de petits ravins. C’est la randonnée idéale pour découvrir la fraicheur de ce vallon qui longtemps se cache à la vue et sait se faire attendre.

4) Le circuit des Lacs de Freissinières

Du calme, des cascades, des lacs et des animaux sauvages ? Que demander de plus que n’offrent pas déjà les lacs Palluel et Faravel ? Au départ du fond de la vallée de Freissinières, la montée se fait d’abord tranquillement sous les mélèzes, puis s’approche progressivement du cirque glaciaire où niche le Lac Faravel et où le glacier a laissé de sublimes lapiaz. Avec un peu d’entrain, on repart sur un sentier en balcon qui donne une vue imprenable sur le hameau de Dormillouse, pour déboucher sur le Lac Palluel et son immanquable curiosité : un champ de cairns, peu à peu construit par les randonneurs et autres usagers.

5) Le Lac de l’Eychauda

Quand on arrive au hameau de Chambran, on aurait presque du mal à continuer, tant ce petit vallon est paradisiaque, entre les différentes cascades et les troupeaux de moutons qui paissent çà et là. Mais on avance tout de même, en direction de la cime si reconnaissable de la Cucumelle, puis le chemin bifurque sur la gauche. Dans la montée, en se retournant, on aperçoit les pistes de Pelvoux et Puy-Saint-Vincent, et au fond les sommets parfois encore enneigés de Dormillouse. Jusqu’à la fin se dérobe ce lac glaciaire aux eaux laiteuses. Longtemps enneigé, laissez-vous captiver par ce petit écrin de roche, de glace et d’eau, d’où l’on aperçoit le glacier de Séguret Foran.

6) La boucle d’Ailefroide

Sous le Mont Pelvoux se cache un trésor insoupçonné, un hameau dissimulé par les mélèzes : Ailefroide. On accède à ce hameau par un sentier très facile au milieu d’une forêt lumineuse, qui borde au départ les gorges d’Ailefroide puis s’élève en rive droite. Sur la fin du parcours, en regardant vers la forêt, on aperçoit des taches de couleurs sur les gros blocs de rochers, c’est un avant-goût de ce qui fait l’âme du hameau : ses grimpeurs. Ici, on vit montagne, on va faire ses courses avec son baudrier sur les hanches, dans la rue principale on discute de l’ascension du jour son piolet en main.

7) Le refuge des Bans

Une randonnée familiale pour faire découvrir à chacun l’atmosphère si particulière d’un refuge de haute-montagne, sous les auspices des Bans et du Pic de Bonvoisin. Au fond de la froide vallée d’Entre-Aigues, le chemin suit le torrent des Bans tout du long, d’abord à côté des méandres bordés de mélèzes, puis monte dans le vallon glaciaire où se situe le refuge. À l’arrive, ambiance chaleureuse sous le soleil, on profite de la vue sur l’Onde et le sommet de l’Aiglière.

8) Le Sentier du Mélézin

Découvrir un vallon paradisiaque tout enrichissant sa connaissance de la flore locale ? C’est ce que propose cet itinéraire tout en descente, au départ de Puy-Saint-Vincent 1600, qui par un sentier en balcon au-dessus de la Vallouise rejoint le chaleureux hameau de Narreyroux, son torrent rafraichissant et ses prairies fleuries. Les points de vue sont nombreux et variés, ne surtout pas oublier ses jumelles !

9) Le refuge du Pelvoux

Sous une des montagnes les plus mythiques de l’alpinisme français se tient le refuge du Pelvoux, situé à 2700 mètres d’altitude. Une marche d’approche agréable autour du camping d’Ailefroide, en suivant le torrent de Celse Nière, avant d’attaquer la montée raide mais régulière vers le refuge, face aux sommets de la Blanche et de la Pointe de Clapouse. Une fois arrivé, on peut profiter de l’ambiance si typique d’un refuge, et du musée installé dans le bâtiment de l’ancien refuge Lemercier, récemment rénové.

10) Le Col de l’Aup Martin

Point culminant du mythique GR 54, le col de l’Aup Martin est un col exigeant, notamment dans sa montée à travers des pentes schisteuses. La montée est d’abord paisible le long du torrent de la Selle, qui demande parfois le franchissement de certains névés persistant. Puis à mesure que la vue se dégage, que l’on dépasse les derniers alpages et la cabane de Jas Lacroix, la pente se renforce, l’atmosphère devient de plus en plus minérale. Au sommet de ce col, on ne sait où donner le regard, entre la vallée de la Selle et celle du Fournel, à moins que la sublime tête de Dormillouse ne capte toute notre attention.

La randonnée sur une journée vous a plu ? Pourquoi ne pas tenter l'aventure sur plusieurs jours ? Découvrez nos itinérances autour du pays des Ecrins !